Tout prés

Il était juste passé devant. Juste devant. Juste devant mais tellement prés ; tout prés. Si prés. Souvenir de chaleur accablante, suffocante. Un soleil d’enfer chauffait les pavés. D’être ici, si prés, lui donna inconsciemment l’envie de ressentir la chaleur tout contre sa peau ; ses bras étaient nus, quelle aubaine. Brusquement, il se retrouva sur la scène. Devant lui, le rideau couleur noir magique ne demandait plus qu’a s’ouvrir. Une salle chauffée blanc hystérique bouillonnait d’impatience. Tout l’attendait. Tous l’attendaient. Il profitait des dernières secondes. Bientôt, il allait vivre. Il allait faire de son rêve une grande réalité. Etre ici lui paraissait tout de même irréel. Il se voyait soudain imposteur. Mais quand le rideau s’ouvre, le doute n’est plus possible, marche arrière interdite, point de non retour atteint. Et puis le nom que tout le monde hurlait maintenant était bien le sien. Les cris et les applaudissements redoublèrent quand il s’avança.

Les 2 heures qu’il passa sur scène ne furent que délice et partage. Après le spectacle, une foule impressionnante, défiant la sécurité, se pressa vers l’entrée de sa loge pour le féliciter et lui voler un instant. Ce fut d’abord un homme seul. Vint ensuite une dame qui voulu se faire prendre en photo a ses cotés, puis un jeune homme, puis un couple qui préféra l’appeler par son prénom plutôt que son nom de scène, puis une jeune fille a grands coups de « monsieur, monsieur » « -monsieur, monsieur » il recommençait à sentir la chaleur. Quant il ouvrit les yeux, il vit plusieurs visages penchés sur lui. La jeune fille qui l’avait ainsi apostrophé se trouvait accroupie tout prés de lui. « -vous avez dû avoir un coup de chaud » . elle lui expliqua que cela faisait deux minutes qu’il était allongé sur le trottoir, boulevard des capucines. hagard, il se releva, s’excusa, repris des couleurs, remercia et recula de trois pas afin de contempler une dernière fois la façade ornée des grandes lettres rouges où son nom n’était pas. Pourtant, il était juste passé devant. Tout prés.
Trop prés ?

2 commentaires sur “Tout prés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *